3109263463_1_7_OClib10X
La distance. Un mot, une addition de syllabe ? Non. La distance c’est une façon de vivre, une façon d’être, d’exister, une manière de penser. La distance tu ne l’as connais pas si tu ne l’as vis pas. Imagine toi, vivre loin de la personne qui brûle dans ton coeur, ta raison de vivre. On ta pourtant prévenue, on ta dit : « ne sort pas avec une personne qui vit a 694 km de toi ». Mais, le coeur à ses raisons que la raisons ignore. Tu te poses des questions, des milliers de questions qui tourne dans ton esprit comme un manège. Pourquoi lui ? Pourquoi moi ? Pourquoi cette distance ? Pourquoi son coeur ? Pourquoi le mien ? On te répète sans cesse que vous deux c’est impossible, que la distance aura raison de vous mais tu te forces a y croire. A croire qu’un jour tu pourras la voir, la serrer dans tes bras. Et puis viens ce fameux jour, au bout de 160 jours, 160 jours de textos toutes la journée, d’appel, 160 jours de soirée cam, des déclarations, tu l’as enfin vu. Cette personne qui ne se résume qu’à toute ta vie. Tu avais tellement peur de pas lui plaire, qu’elle te rejette. Mais tu as passé la meilleure semaine de ta vie, seuls, ensemble. Jusqu’au jour ou elle doit repartir, loin, en terre inconnue, sans aucune autre date de prévue. Et là, tu reçois un texto. Tu étais tellement heureux/se de la voir, que tu n’as rien vu. Tu l’as rencontré, tu l’as aimé, tu l’as pleuré. Ce texto qui dis : « Je suis désolée, je t’aime mais je m’en vais. Loin. » Depuis ce jour tu ne t’es jamais relevé. Tu regrettes, tu la regrettes. Tu regrettes vos projets d’avenir, vos nuits à parler de tout et de rien. Le temps des pleurs est arrivé. Tu regardes vos photos, ses photos, tu lui envoie des sms pour prendre de ses nouvelles. Tu croyais au bonheur avec elle. tu pensais qu’à ses yeux tu étais tout. « La distance ne sépare pas les gens qui s’aiment ». Mais pour toi, la distance à gagné, tu as perdu. Tu attends naïvement qu’elle revienne car cette personne te l’a promis. Mais tu as peur de souffrir une nouvelle fois.

 

A tout ces couples qui tiennent malgré la distance : RESPECT

Cette boule dans le ventre, dans la gorge, cette envie de retenir tes larmes le plus longtemps possible, avoir le cœur qui accélère et essayer de sourire malgré tout cette souffrance qui te tue petit à petit.

3108727183_1_10_ybqd6k4I

« T’as pas rêvé un jour, de pouvoir sortir dehors main dans la main de celui que tu aimes sans devoir faire face aux jugements des autres ? Et toi ça ne t’es jamais arrivé de te demander pourquoi tant de haine contre un couple que tu trouves si « différent », explique moi la différence ? Le mal dans tout ça ? Mais Mets toi à leur place, à toutes ces personnes qui souffrent, qui se taisent car ils ne s’assument déjà pas eux même, qui se renferment à cause de ce poids qui les accompagne partout, ceux qui se tuent à cause des jugements, la pression les ronges de l’intérieur. A cause de cons, comme vous. Vous qui ne comprenez pas. Vous insultez et jugez sans connaître, mais l’homosexualité n’est pas une maladie ni une honte. Croyez-moi je trouve ça dégueulasse, trouvez moi l’anormalité ? Chacun son opinion, certes, la mienne est que l’homophobie n’a pas de place sur cette terre. Malgré qu’il faut de tout pour créer un monde, l’injustice règne dans ce monde. Tu n’as pas compris la vie si tu ne comprends ces bases, le respect en fait partie. »

Le texte n’est pas de moi.

3108736327_1_10_xsb09S82
« La vie est un jeu violent et hallucinant; la vie, c’est se jeter en parachute et prendre des risques. Tomber et se relever. »

 

 La vie elle commence, tu n’y comprend rien.Tu viens d’arriver, tu es perdue, tu ne sais pas quoi faire. Tu as mal, tu souffres, tu ne dis rien, tu gardes le silence. Malheureusement, plus tu grandis, plus ce mal grandis en toi, et tu te rends compte que la vie n’est pas aussi bien que ce qu’elle devrait être. Mais tu continues de vivre quand même, avec cette souffrance qui te détruit petit à petit. Tu te caches derrière un masque, ce masque qui cache ta douleur, tes craintes, ta haine de ce monde remplis de gens sans scrupule et égoïste. Mais viens un jour ou tu n’en peux plus, tu crois que la vie est nulle, alors tu ne penses qu’à une seule chose : Retirer ce masque et plonger. Plonger dans un trou pour ne plus jamais en ressortir. Tu as envie de te faire du mal pour te soulager. Un objet coupant, des coupures, des gouttes de sang. Tu te sens revivre. Tu te dis que tu n’es pas mort, tu continue, de plus en plus profond. Et puis tu t’endors. Et lorsque tu te réveilles, lorsque tu ouvres les yeux, tu te retrouves dans une salle, une salle inconnue, blanche, un masque qui te donne de l’air, et ta famille, totalement choquée. Tu es arrivée à l’hôpital, car tu as perdue énormément de sang. Mais tu recommences car tu dis, que tu es juste allé à l’hôpital..